Le droit d'auteur européen GIF et les memes peuvent disparaître en ligne

Le droit d'auteur européen GIF et les memes peuvent disparaître en ligne

Les internautes et les amateurs de mème doivent s'inquiéter que le projet de directive sur le droit d'auteur du Parlement européen soit soumis au vote du Parlement aujourd'hui. L'objectif est de restreindre la réutilisation du contenu protégé sur Internet, c'est-à-dire les images, les vidéos et les fichiers GIF. Pendant 20 minutes, les journalistes ont pu interviewer Agnès Tricoire, avocate de défense pour ce projet, et Anna Mazgall, l'adversaire de Wikimedia.

Cela peut vous intéresser : Red Dead Redemption II: Rockstar lève le voile sur les détails du lancement, le seul patch que sur son jour

Un projet qui limite l'utilisation des images et des vidéos

Il est impossible d'imaginer un monde sans la possibilité d'utiliser des mèmes et des GIF, mais cela peut arriver si le Parlement décide de limiter cette langue en ligne. Selon l'article 13 de ce projet, les plateformes en ligne empêcheront les utilisateurs de télécharger ou de partager du contenu protégé par des droits d'auteur en installant des filtres, comme l'explique Anna Mazgal.

A découvrir également : Bonne affaire: Sosh propose une excellente publicité pour un forfait de 20 Go (durée limitée)

Le filtre va bloquer différentes expressions, par exemple, comment partager des GIF intéressants sur les réseaux sociaux en tant que commentaire. Cette loi remplacera les gens ordinaires qui ne créent pas 100% des œuvres originales.

Agnes Tricoire, représentante de la Ligue des Droits de l'Homme, Le principe de cette loi est de s'assurer que le contenu est conforme au copyright car si vous diffusez une oeuvre sans l'autorisation de l'auteur, c'est une falsification. Réseaux sociaux

Les auteurs doivent payer pour leur travail. Demander leur permission pour diffuser leur image garantit également qu'il n'est pas déformé. C'est un droit moral qui garantit le respect du travail.

Par conséquent, tout contenu qui sera publié sans le consentement préalable de l'auteur peut être censuré. Néanmoins, Agnès Tricoire admet que " une parodie ou un dessin humoristique est légitime parce qu'ils font partie de la liberté de parole, et que les filtres ne peuvent pas commencer" . Le Parlement devrait prendre une décision dans un délai d'un jour. Ne vous inquiétez pas pour exprimer votre opinion dans les commentaires.

Le sondage est chargé, veuillez patienter. Les sondages ne sont actuellement pas disponibles sur l'application pour smartphone Hitek.