GAFA: la France se concentre tout d’abord sur la facturation aux géants de l’Internet jusqu’à 500 millions d’euros

Les géants du Web, notamment Amazon, Apple, Facebook et Google, datent de 2019 1er janvier Ainsi, la France donne la priorité à l’Europe et à ses voisins qui n’ont pas encore décidé de mettre en place cette taxation . Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, et ses homologues allemands, Olaf Scholz, espèrent pouvoir le faire d'ici mars. L'Europe adoptera une loi pour tenter de convaincre d'autres États membres, tels que l'Irlande, le Danemark et la Suède

Avez-vous vu cela : [Zone 42] Pour sa passion de critiquer le père japonais a tué son fils de 50 ans, Ottawa

500 millions de plus à l'État

depuis 2019 1er janvier Les grandes sociétés Internet devront s'acquitter d'une redevance qui, après le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'élève à 500 millions d'euros . Il se concentrera sur les revenus publicitaires, mais également sur la revente de données à caractère personnel. En outre, cette taxe peut être rapidement intégrée à un projet de loi visant à stimuler la croissance des PME grâce à une variété d’outils tournant autour de 5 axes: création d’entreprise, innovation, expansion des entreprises, répartition de l’actif et transfert d’affaires.

A voir aussi : Samsung Galaxy Note 9, le Galaxy Notebook, Note: Fiche technique, la date et l'heure de la course

Abus d'optimisation fiscale

Il convient de rappeler que cette taxe est destinée à récupérer l'argent des grandes entreprises qui abusent de l'optimisation fiscale pour payer le moins d'impôt possible en France et à l'étranger. Autres pays Par exemple, Google n'a rapporté que 325 millions de dollars. 95 milliards d’euros de circulation en euros en France. Si vous voulez payer moins cher, Google et d'autres sociétés (Amazon, Apple, Facebook, etc.) achètent leurs services pour un système fiscal très utile comme l'Irlande. Il ne faut pas oublier qu'en jouant à ce jeu, certains ont été reconnus coupables de Google.

Facebook et autres correspondances?

Facebook a déclaré que la société se conformerait aux obligations fiscales françaises. En outre, il a créé une nouvelle société qui vend et paye des services en France plutôt qu'à Dublin. Du côté Apple, la société n'a pas voulu commenter cette décision avec l'Agence France Presse.

© 2023 Tous droits réservés