Téléalarme : quel dispositif pour quel usage ?

Disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, la téléalarme ou téléassistance est une chaîne de valeur crédible pour garantir la sécurité des utilisateurs. Le système repose sur l’utilisation de dispositifs à domicile ou en mobilité qui déclenchent l’intervention de proches ou des services de secours via une plateforme d’appels.

Comment ça marche

La téléalarme également permet surtout aux personnes âgées, mais aussi à des personnes à mobilité réduite — moyennant un abonnement mensuel avec ou sans engagement — de lancer une alerte en cas de problème à la maison. Un centre d’écoute réceptionne l’appel et met la personne ayant actionné la téléalarme à domicile en relation avec les membres de la famille, les voisins, les services d’urgences ou un plateau d’assistance. Le dispositif le plus usité consiste à porter autour du cou un émetteur caché dans un médaillon, un pendentif ou un collier tous munis d’un bouton d’enclenchement d’une alarme. Certains transmetteurs sont portés à la ceinture et peuvent être déclenchés depuis un bracelet ou une montre.

A lire également : Facebook Messenger: Vous devriez pouvoir supprimer les messages que vous envoyez sous peu!

Téléassistance : les services

Considérée comme un service à la personne, la téléalarme est prise en charge par les collectivités locales comme le Conseil général ou le service des mairies via l’Aide Personnalisée à l’Autonomie et permet de bénéficier d’un crédit d’impôt de 50 %. Les conseils de professionnels de la santé comme le médecin traitant, le pharmacien, l’infirmière ou le médecin hospitalier sont cruciaux.

Une estimation de 2020 fait état de 580 000 Français abonnés à des services de téléalarme dont 60 % sont âgés entre 60 et 95 ans. Lorsque la personne âgée actionne directement l’alarme, il s’agit de téléassistance active, tandis que si l’alarme se déclenche automatiquement via les capteurs, on parle de téléassistance passive. En complément des dispositifs de téléassistance traditionnels, les aidants sont en mesure d’installer du matériel spécifique à l’instar de détecteurs de vie ou encore d’inactivité.

Avez-vous vu cela : Jurassic World 2: Les scènes ont été particulièrement difficiles à suivre fans de la franchise

Des solutions variées

Les nouvelles technologies se sont invitées dans les équipements de téléassistance. Apparus sur le marché depuis quelques années, les détecteurs automatiques de chute ou bip antichute sont des produits qui se portent au poignet. Ce dispositif innovant convient aux personnes âgées qui vivent seules à leur domicile et susceptibles de chuter ou de faire un malaise sans possibilité de se remettre sur pied. Chaque année, 40 % des Français de plus de 65 ans sont victimes d’une chute. Les services gériatriques des CHU recommandent la téléalarme à leurs patients âgés après une hospitalisation.

Il est recommandé aux personnes atteintes d’Alzheimer d’éviter le système classique de téléassistance, car le patient risque de ne pas se souvenir du fonctionnement et de déclencher intempestivement des alertes. Un système de téléassistance passive s’y prête mieux à l’instar d’un système de téléassistance mobile avec GPS ou un détecteur de chute.

La visioassistance ou téléassistance vidéo s’effectue via un boîtier d’alerte muni d’une webcam connectée à un écran télé ou un ordinateur. Le téléopérateur est en contact visuel et audio dès que la personne appuie sur le bouton d’alerte.

La téléassistance intelligente évalue les habitudes du senior grâce à des capteurs HF disséminés dans le domicile et déclenche une alarme automatisée vers la centrale d’appels en cas de trouble, de chute ou de mouvement anormal.