L’étude géotechnique est-elle obligatoire avant de commencer le projet?

Les études géotechniques font partie d’un diagnostic immobilier. Dans le cadre de l’achat d’un terrain à bâtir, ces études de sol permettent d’informer les acquéreurs sur les risques naturels liés à la qualité des sols et d’aider les constructeurs à adapter leurs techniques de construction en conséquence.

Argile, sécheresse et construction

Des études géotechniques des sols existent pour détecter et prévoir les risques de mouvements de terrain qui pourraient causer des dommages importants aux ouvrages et générer des sinistres. Ces risques sont particulièrement présents dans les argiles qui se rétractent et gonflent.

Sujet a lire : Les Animaux Fantastiques 2: L'avant-première mondiale s'éloignera de Paris et vous serez invités à une fête!

Les bâtiments exposés à l’argile rétrécissent et se dilatent

Il est nécessaire de savoir si vos chantiers ont de l’argile, car ces derniers verront que leur volume changera en raison des conditions météorologiques. Pendant les périodes sèches, les argiles se rétractent, tandis que pendant la saison des pluies, elles se dilatent lorsque la pluie se reconstitue. Bien que le rythme de changement soit lent, il affecte les bâtiments déjà construits (fissures, portes et fenêtres déformées, murs et cloisons effondrés, etc.). En particulier, le retrait et l’expansion de l’argile sont exacerbés par les épisodes répétés de réchauffement climatique et de sécheresse.

Mais construire sur des blocs d’argile n’est pas impossible ! Diagnostiquer le sol pour comprendre sa susceptibilité aux phénomènes de dilatation et de contraction permet de prévenir ces risques et, en fonction des contraintes connues, de construire des maisons individuelles ou des immeubles avec des modes constructifs adaptés.

A lire également : "Assassin's Creed Origins": le jeu Ubisoft Worldwide développe un jeu d'évacuation VR

Quelles zones géographiques sont couvertes ?

Le pays définit les zones géographiques qui sont concernées par ces différences de mouvements de terrain dues à la sécheresse et à la réhydratation des sols, et divise le territoire en 4 zones :

-forte exposition,

-exposition moyenne,

-faible exposition,

-Aucune exposition.

Les études de geosol sont obligatoires dans les zones d’exposition modérée ou élevée. Rendez-vous ici pour en savoir plus sur l’étude géotechnique.

Quand réaliser une étude géotechnique ?

Le bien ou le terrain à vendre qui vous intéresse est situé en zone argileuse, y a-t-il une différence de mouvement de terrain ? Que vous soyez acheteur, vendeur ou constructeur, apprenez quand réaliser une étude géotechnique.

Dans quelles circonstances une étude géotechnique doit-elle être réalisée ou exigée ?

Tout d’abord, l’achat ou la vente de terrains à bâtir non bâtis ou de propriétés achevées dans des zones d’exposition moyenne après le 1er janvier 2020, ou fortes contre l’expansion par retrait d’argile (RGA). Cette étude est jointe à un engagement de vente ou, à défaut d’engagement, à un acte de vente.

Ensuite, une étude de conception géotechnique (G2) doit être réalisée dans la zone affectée lors de la conclusion de tout contrat lié à des travaux de construction ou de maîtrise d’œuvre (comme l’extension d’une maison de plus de 20 mètres carrés ou la construction d’une maison). Risque de RGA. Par conséquent, l’étude géotechnique du sol de conception n’est pas réalisée avant la vente, mais avant la construction. Notez qu’il ne pourra pas être construit une fois le travail terminé pour normaliser la situation.

Les études géotechniques des sols ne sont pas obligatoires dans certains cas :

-Pour les travaux tels que les extensions (garages, balcons, etc.) inférieurs à 20 m² et les nouvelles constructions séparées de celles existantes.

-Il convient aux travaux qui n’affectent pas les fondations de la maison ni le système d’évacuation des eaux pluviales.

Quel est le contenu de la recherche géotechnique ?

Étude géotechnique préliminaire (G1) et étude de conception géotechnique (G2) : Chacune de ces études de sol à des objectifs spécifiques pour identifier et réduire les risques. Une étude géotechnique préalable (dite G1) vise à déterminer :

-les zones exposées aux phénomènes de retrait-gonflement des argiles,

-S’adapter aux propriétés du sol et aux exigences de construction des projets de construction.

Il s’agit donc d’une étude approfondie du site concerné par rapport aux principes généraux de construction du secteur et aux éventuels plans de prévention des risques (PPR).

Une étude géotechnique (dite G2) doit :

-Caractériser le comportement des sols face aux phénomènes de retrait et de dilatation,

-Reconnaître les propriétés géologiques et les caractéristiques géométriques de la topographie,

-Vérifier l’adéquation du schéma de fondation prévu par le constructeur en fonction des caractéristiques et propriétés géotechniques du terrain à l’étude,

-Vérifiez que les règles de construction fournies par le constructeur correspondent aux caractéristiques inhérentes au terrain et à son environnement.